Bonjour à vous toutes et à vous tous,

 

Nous avons été enchantés de recevoir, à nouveau, Thierry Viennois, intervenant de l'Alliance Française, qui nous a fait une sublime présentation sur la vie et carrière du grand compositeur romantique français, Hector Berlioz. 

Beaucoup d'entre nous avons admis, à la fin, qu'avant cette conférence, nous ne savions pas grand chose sur ce fameux compositeur qui a vécu une vie bien mouvementée, tant dans sa vie professionnelle que dans sa vie familiale.

 

Il était intéressant d'apprendre sur l'enfance, la jeunesse et la famille de Berlioz qui ont laissé leurs marques sur lui. Selon les désirs de son père et la tradition de l'époque, Berlioz devait suivre les pas de son père et devenir médecin. Cependant, durant son enfance, Berlioz avait aussi été initié, par son père, à des cours de musique qui le passionnaient. Il n'est donc pas surprenant que Berlioz, une fois à Paris, ait choisi de suivre des études au Conservatoire de Paris et d'abandonner ses études de médecine.

 

C'est à vingt ans qu'il découvre la musique de Weber et compose sa première oeuvre d'envergure Le passage de la mer Rouge en 1824, suivie d'une Messe solennelle. Cependant, on apprend que Berlioz a eu beaucoup de déboires à cause d'échecs répétés au concours de Rome. Finalement, sa cantate de La mort de Cléopâtre est reconnue et en 1830 sa Symphonie fantastique lui attire le succès public.

 

Berlioz vit en Italie pendant deux ans mais décide de rentrer en France en 1832. Il avoue que l'Italie l'inspire et le déçoit tout à la fois. Plusieurs de ces ouvrages porteront néanmoins l'empreinte de l'Italie: ses symphonies Harold en Italie (1834) et Roméo et Juliette (1839) mais également son opéra Benvenuto Cellini (1838) dont l'échec lui ferme les portes de l'Opéra de Paris. Berlioz invente les genres de "la légende dramatique" avec la La damnation de Faust.

 

On apprend aussi que Berlioz, toujours en difficultés financières, voyagera en Allemagne et en Russie où sa musique est bien accueillie. Avec son ami Franz Liszt, Berlioz est à l'origine des grands mouvements nationalistes musicaux de la fin du XIXe siècle et du XXe siècle. La musique de Berlioz est d'une grande originalité, cependant, en dépit des succès considérables remportés à l'étranger, son oeuvre est restée longtemps méconnue dans son propre pays, voire mésestimée, mis à part certains extraits de La damnation de Faust et, bien sûr, la Symphonie fantastique.

 

En ce qui concerne les amours de Berlioz, nous avons appris que, déjà à l'âge de douze ans, il était tombé amoureux d'Estelle Duboeuf qu'il retrouvera plus tard dans sa vie; que Berlioz s'était marié deux fois, le premier mariage avec la fameuse actrice irlandaise, Harriet Smithson qu'il avait rencontrée durant une représentation de Hamlet et avec laquelle il aura un fils, Louis; et l'autre avec la cantatrice espagnole Marie Recio.

 

Les morceaux de musique et d'orchestration sélectionnés par notre intervenant, Thierry Viennois, pour illustrer les inspirations et créations musicales de Berlioz étaient très pertinentes dans sa présentation. Nous avons pu apprécier la vigueur et les émotions que sa musique fait sentir.

 

Les thèmes beethoveniens et shakespeariens, qui s'entrecroisent dans toute la production de Berlioz, ont fortement marqué son oeuvre. N'oublions pas, non plus, l'attachement qu'il portait à la réforme de l'opéra français.

 

C'était en 1862 que Berlioz composa sa dernière oeuvre, l'opéra-comique Béatrice et Bénédict inspiré de Beaucoup de bruit pour rien de Shakespeare.

Berlioz est décédé le 8 mars 1869 à Paris et repose au cimetière de Montmartre. 

 

Un grand merci à Thierry Viennois pour cette brillante présentation donnée avec verve et de l'humour!

 

N'hésitez pas à aller sur le Forum pour échanger vos points de vue.